argentine, tous les articles

Les 14 caractéristiques du porteño

Porteño (au féminin Porteña) est une expression courante en Amérique du Sud désignant les habitants de certaines villes portuaires. Elle désigne notamment les habitants de Puerto de Nuestra Señora de los Buenos Aires, plus connu sous le nom de Buenos Aires, la capitale de l’Argentine.

Les 14 caractéristiques du porteño

Ci-dessus, nous vous exposons les caractéristiques qui vous aideront tout savoir sur le porteño.

1- Le porteño parle une drôle de langue

Avec vos 6 ans de cours d’espagnol, vous pensiez pouvoir vous débrouiller, en arrivant à Buenos Aires. Mais vous êtes tombés de haut lorsque vous avez entendu les habitants ouvrir la bouche. Des « ch » en veux-tu en voilà, des intonations vaguement italiennes, des mots de lunfardo partout (l’argot de Buenos Aires)…  La seule explication, c’est que le porteño parle une langue qui ressemble à l’espagnol, mais qui n’est pas de l’espagnol.

2- Le porteño est économiste

Il maitrise l’inflation comme personne, même sans jamais avoir étudié l’économie. Les prix augmentant chaque mois dans son pays, et son pays ayant connu des grosses périodes de crise économique, il peut vous faire un cours détaillé sur les mécanismes de l’inflation et de la dette argentine. Tel Obelix avec la potion magique, il est tombé dedans quand il était petit.

3- Le porteño aime parler politique

Et plus il peut débattre de long en large avec d’autres porteños pas du tout d’accord avec ses opinions, plus il est content. Pour les Français coincés dans un débat politique auquel ils ne comprennent rien: prenez votre mal en patience.

4- Le porteño est fêtard

La joda, il adore ça. Il lui suffit d’un peu de musique et de Fernet Coca pour se déhancher jusqu’aux lueurs du petit matin.

5- Le porteño est italien

S’il n’a pas un nom de famille pour le prouver, il vous jurera que son arrière-grand-père venait de Naples et que ses cousins vivent à Rome. D’ailleurs, le porteño a souvent un passeport italien, obtenu grâce à des vieux documents abimés de ses ancêtres, qui lui permet de voyager plus tranquillement qu’avec le passeport argentin.

6- Le porteño est patriote

Le porteño aime profondément son pays, et ce pour le plus grand plaisir des étrangers qui apprécient entendre parler de l’Argentine sous des termes si élogieux. Attention néanmoins de ne pas le laisser parler trop longtemps, il serait capable de vous démontrer par a+b que Dieu lui même est argentin

7- Le porteño est religieux

Mais sa religion est un peu particulière: elle se nomme le « Messinisme ». Et son idole est un homme en tenue de sport qui ne se promène jamais sans un objet de forme circulaire, qu’il fait rebondir grâce à ses pieds.

8- Le porteño est nostalgique

Peut-être est-ce du à cette atmosphère mélancolique qui règne sur leur capitale, et qui donne le sentiment que même si Buenos Aires est une ville magnifique, vibrante et animée, quelque part, son âge d’or est derrière elle… La richesse et l’opulence du début du siècle dernier ont laissé la place aux lendemains incertains et chaotiques.

9- Le porteño aime le divan

Le point précédent explique t-il pourquoi le porteño passe tant de temps chez le psychologue? Buenos Aires est la ville du monde avec le plus de psys au mètre carré.

10- Le porteño est sociable

Il adore le contact humain, et passe sa vie en communauté. Aux terrasses des cafés, accoudé à un bar, il aime passer du temps avec ses amis. Même dans la rue ou dans le métro, ne soyez pas étonné s’il vous adresse spontanément la parole. Si vous êtes perdus dans Buenos Aires, n’hésitez pas à demander de l’aide, même avec un espagnol approximatif, il se fera un plaisir de vous aider.

11- Le porteño est arrogant

Il sait tout sur tout et sa confiance en lui n’a pas de limites. Du moins, c’est ce que disent tous ceux qui ne sont pas porteños. Ceci semble être la malédiction de vivre dans une capitale. Demandez aux parisiens, ils le savent bien.

 

12- Le porteño est théâtral

Le porteño est théatral dans sa façon d’être: il aime beaucoup parler (surtout parler fort) et il est passioné. Comme les italiens, il s’exprime avec ses mains, à grand renfort de gestes, et montre ses émotions: lorsqu’un porteño est heureux, en colère, ou triste, ça se voit.

13- Le porteño est dramatique

Le porteño semble trouver son bonheur dans ses relations avec les autres – quelque soit la nature de ses relations. S’il aime passer du bon temps, il adore également les drames – même s’il ne l’avouera jamais.  Croiser des couples en pleine dispute ou crise de larmes n’est pas rare à Buenos Aires. Mais s’il aime se disputer, c’est surtout pour mieux se rabibocher par la suite. Croiser des couples en séance de baisers intenses est également courant dans la ciudad de la furia.

14- Le porteño est métis

Enfin, physiquement, il est plutôt blanc. Mais son sang, lui, est mélangé. On a vu qu’il était un peu italien, mais également souvent espagnol, parfois aussi allemand et français, bolivien ou chilien. Il n’est pas rare qu’il ait des origines libanaises, arméniennes ou juives.

On dit que le porteño se dispute comme un napolitain, est têtu comme un basque, rêve comme un britannique, et profite de la vie comme un français.

Pour aller plus loin, découvrez tous les trucs que les Argentins ne font pas comme nous.

4 réflexions au sujet de “Les 14 caractéristiques du porteño”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s