digital nomad auto-entrepreneur france voyage
Entrepreneur, Général, L'EXPATRIÉ, Non classé, tous les articles

5 choses à savoir sur les « digital nomads »

En 2018, alors que j’étais en Argentine, je suis devenue ce qu’on appelle une « digital nomad« . Par difficulté de trouver du travail à Buenos Aires, tout d’abord, mais aussi pour la flexibilité et les avantages qu’offre ce type d’activité professionnelle. Cela fait près de 2 ans que je travaille donc à distance pour des clients en tant que rédactrice web (traduction: j’écris des pages internet et des articles pour des entreprises).

Quelques éclaircissements sur ce mode de vie parfois mal compris.

1- Le « digital nomad » est tout simplement un free-lance

Derrière ce terme à la mode se cache une réalité un peu moins glamour : en fait, un « digital nomad », c’est quelqu’un qui travaille en free-lance. Comme certains journalistes ou consultants, en somme. Par contre, la différence, c’est que le digital nomad exerce souvent son activité depuis un autre pays que le sien. Certains d’entre eux passent d’ailleurs leurs vies à voyager.

Si cela peut faire rêver, dit comme ça, il existe néanmoins des aspects négatifs relatifs à ce style de vie, comme on le verra un peu plus bas.

digital nomad auto-entrepreneur france voyage

2- On ne devient pas « digital nomad » du jour au lendemain

Dans l’air du temps flotte cette idée, ou plutôt cette utopie, selon laquelle il est facile de vivre de son activité free-lance. Alors attention, il est POSSIBLE de vivre en étant digital nomad (certains sont d’ailleurs très bien rémunérés) mais ça n’est pas FACILE.

Et surtout, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Gagner de l’expérience, des contacts et des clients prend du temps. Donc vous avez tout intérêt, soit à commencer votre activité de free-lance en parallèle d’un autre job, soit d’avoir des économies de côté pour vivre le temps qu’il faudra avant d’atteindre une certaine stabilité financière.

digital nomad auto-entrepreneur france voyage
Carli & moi @ Cafe Flor de Buenos Aires, l’un des meilleurs coworkings de la ville

3- Le digital nomad ne se la coule pas douce toute la journée

Ne vous fiez pas aux posts Instagram trompeurs de ceux qui travaillent tout en sillonnant le monde. Si bosser depuis son ordinateur à distance offre beaucoup de flexibilité, vous pouvez être SÛR qu’un digital nomad passe bien plus de temps devant son ordinateur qu’à la plage.

Je vous l’accorde, quelques digital nomads et influenceurs ont acquis une certaine notoriété. Forts de leur popularité, ils peuvent se permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Ou par semaine. Et ne se privent pas pour le crier sur tous les toits (d’Instagram), au grand désarroi de ceux qui n’ont pas le même succès.

Qu’on se le dise : ça n’est PAS le cas de la majorité des free-lances. Comme pour tout, dans la vie, on a rien sans rien. Derrière influenceurs qui « réussissent », on trouve souvent des travailleurs acharnés avec de l’expérience dans le marketing, la photographie et même des agences qui les aident à devenir « insta-famous« .

Je ne dis pas ça pour vous décourager. Comme je l’ai dit plus haut, il est possible de vivre en étant free-lance/digital nomad. Par contre, il y a quand même des chances que votre salaire ne dépasse pas les 2000€ par mois, en tout cas les premières années.

(je sais que certains free-lances gagnent plus, notamment les développeurs et les consultants. Mais ici, je ne me concentre pas sur les exceptions et le « haut de la pyramide », mais ce que j’observe et connais)

digital nomad auto-entrepreneur france voyage

4- Le digital nomad paye des impôts

Pour travailler avec des entreprises françaises, vous aurez besoin d’avoir un statut d’auto-entrepreneur. En effet, on vous demandera d’avoir un numéro de SIRET pour effectuer des missions. La création du statut peut se faire en ligne depuis l’étranger. Néanmoins, vous aurez besoin d’une adresse en France où domicilier votre activité et recevoir du courrier administratif.

En étant free-lance, vous devrez donc payer 26% de cotisations sur ce que vous gagnez, ainsi que la CFE (cotisation foncière des entreprises). Vous ne payerez pas la CFE la première année. Par contre, ne me demandez pas comment le montant de la CFE est calculée, je n’y comprends rien, et très franchement, les choses administratives me donnent des boutons. (en fait, surtout quand il s’agit de donner, et non de recevoir)

Aussi, vous cotiserez pour la retraite. En revanche, de mémoire, vous devrez gagner plus de 800€ mensuels pour valider vos trimestres.

Enfin, vous n’aurez pas droit au chômage.

digital nomad auto-entrepreneur france voyage
Nous, les digital nomads, savons aussi nous amuser !

5- Etre digital nomad signifie passer constamment par des hauts et des bas

Etre digital nomad a des avantages évidents. La flexibilité. Pouvoir choisir ses clients. Travailler quand on veut, d’où l’on veut.

Par contre, la majorité des digital nomads jonglent avec plusieurs entreprises, sur des missions plus ou moins longues. Et quand une mission importante se termine, il doit retrousser ses manches et partir à la recherche de nouveaux clients. Et des jours, voire des semaines peuvent passer avant qu’il retombe sur ses pattes.

Personnellement, c’est la plus grande difficulté que j’ai rencontrée jusqu’ici. Certains mois, j’ai beaucoup de missions et de clients. Je me sens donc au top de la confiance et je me ris allègrement de mes amis assignés au même poste fixe toute la journée. D’autres jours, je panique, je remets tout en question, je me demande si ce métier n’est qu’une illusion, si je suis un imposteur et si je devrais trouver un « vrai travail » comme certains indélicats me le suggèrent régulièrement.

digital nomad auto-entrepreneur france voyage

Même s’il me reste encore de nombreuses choses à apprendre, je me ferais un plaisir de parler davantage du « digital nomadisme« , si le coeur vous en dit. Avez-vous des questions sur le sujet ? Ce style de vie vous attire-t-il ?

N’hésitez pas à laisser des commentaires ou à me poser des questions par message, et je ferai du mieux que je peux pour vous répondre.

5 réflexions au sujet de “5 choses à savoir sur les « digital nomads »”

  1. Bel article! Le mieux c’est de travailler pour une entreprise qui a déjà des clients et de faire des missions et projets avec cette même entreprise pour ne pas être sans rien pendant quelques mois. Enfin, c’est ce que je fais et cela marche très bien depuis plusieurs années. C’est vrai qu’on n’est pas toujours a la plage, mais on s’assure de finir le projet a temps et de profiter du beau temps 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est aussi une très bonne idée! Par contre en auto-entrepreneur je crois que tu n’as pas le droit d’avoir un seul client, donc dans le cas que tu mentionnes il faut peut-être un autre statut. Je crois que c’est du portage salarial mais je ne suis pas sûre. 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s